Zone de captage d’eau : des agriculteurs lorrains développent la production de lentilles

mardi 27 avril 2021
par  theo.galichet
popularité : 17%

protéines végétales restauration collective Grand Est eau santé Transition agroécologique <https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr Les zones de captage de l’eau potable sont souvent situées sur des terres agricoles. Au cœur de la région Grand-Est, avec l’aide des chambres d’agriculture et de l’Agence de l’eau Rhin-Meuse, un groupement de 8 agriculteurs s’est constitué pour exploiter ces terres en cultivant des lentilles. Ce projet combine plusieurs enjeux : protéger les captages pour garantir une eau de qualité, permettre aux agriculteurs de diversifier leur production et leurs débouchés, approvisionner les cantines scolaires en protéines végétales.

« Les zones de captage de l’eau potable sont des espaces de quelques hectares où il faut trouver des solutions de protection contre les pollutions, et garantir à la fois un revenu pour les agriculteurs. La culture de lentille est la parfaite candidate. Sobre en eau et en engrais, elle à l’avantage de préserver et de fertiliser naturellement les sols, tout en donnant une bonne récolte. De plus, elle est techniquement facile à mettre en place et résiste parfaitement à la sécheresse », explique Nicole Le Brun, chargée de mission restauration hors domicile à la Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle .

Ce projet réunit huit agriculteurs dans quatre départements (Meurthe-et-Moselle, Moselle, Meuse, Vosges), pour une surface totale de près de 8 hectares. Encore peu produite dans la région, les agriculteurs ont dû structurer une filière lentille et trouver des débouchés.

Garantir les débouchés pour les agriculteurs

« Les échanges avec la chambre d’agriculture ont permis d’organiser la production jusqu’à la vente, identifier les acheteurs, calculer le coût de revient et vérifier qu’il n’y avait pas de risque pour l’agriculteur à se lancer dans cette nouvelle culture », indique Nicole Le Brun.

Une fois récoltées, les lentilles sont acheminées par un transporteur mutualisé vers une usine de trie. Elles sont nettoyées de toutes leurs impuretés (cailloux, sables, etc.), conditionnées en sacs de 25 kg. Elles sont ensuite redistribuées aux agriculteurs qui en assurent la vente auprès des restaurants scolaires.

Approvisionner les cantines en protéines végétales

« La vente directe était une nouveauté pour ces agriculteurs. Nous les avons accompagnés pour construire une relation commerciale durable avec les cantines des collectivités (établir la contractualisation ou les réponses aux marchés publics) et sur d’autres aspects, comme l’étiquetage », précise Nicole Le Brun.

Ainsi, 10 tonnes de lentilles cultivées chaque année sur les zones de captage de la région Grand-Est sont cuisinées dans les cantines scolaires des collectivités comme Nancy (9 000 repas jours) ou Metz (5 000 repas jours).

La qualité de l’eau potable, un enjeu collectif

Mobiliser et encourager les partenariats entre les acteurs concernés – agriculteurs, collectivités, groupements de collectivités, Préfets - est une priorité afin d’assurer la protection des aires de captage d’eau potable.

Lancé en 2017, le projet « développement d’une filière lentille sur les aires d’alimentation de captage », a reçu le soutien du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation via le compte d’affectation spécial « Développement agricole et rural » - (CASDAR) , de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse et de la région Grand-Est.

Ce projet répond aux enjeux de santé publique et environnementaux en garantissant une eau de qualité et une offre en protéines végétales aux habitants de 8 collectivités : Bassin de Pompey, Département de Meurthe-et-Moselle, Nancy, Grand Verdun agglomération, Communauté de commune du territoire de Fresnes-en-Woëvre, Metz, Tomblaine, Blénod-Lès-Pont-à-Mousson.

<https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> Récolte des lentilles. Nicole Le Brun / Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle <https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> Lentilles transformées dans la restauration collective locale. Nicole Le Brun / Chambre d’agriculture de Meurthe-et-Moselle