Qu'est-ce que l'agriculture biologique ?

mardi 1er juin 2021
par  Anonyme
popularité : 18%

agriculture biologique signe de qualité union européenne Transition agroécologique <https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr Que ce soit avec le logo « AB » ou avec l’Eurofeuille, les produits issus de l’agriculture biologique sont facilement identifiables pour les consommateurs. Ces deux labels certifient un niveau de qualité ainsi qu’un mode de production et de transformation respectueux de l’environnement, du bien-être animal et de la biodiversité. Explications.

<https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> L’agriculture biologique a recours à des pratiques de culture et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. En effet, elle exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite les intrants.

Les bénéfices de l’agriculture biologique sont multiples en termes de création d’activités et d’emplois, tout en préservant la qualité des sols, la biodiversité, la qualité de l’air et de l’eau. Ce mode de production permet d’expérimenter des pratiques innovantes susceptibles d’être plus largement développées en agriculture. La transformation des produits biologique est également encadrée et privilégie la mise en valeur des caractéristiques naturelles des produits.

Les produits pouvant être certifiés issus de l’agriculture biologique sont nombreux : produits agricoles vivants ou non transformés, produits agricoles transformés destinés à l’alimentation humaine, aliments pour animaux ainsi que matériel de reproduction des végétaux et semences utilisées pour les cultures.

Pour trouver les producteurs, préparateurs, distributeurs et importateurs de produits certifiés AB, consulter l’annuaire professionnel de l’Agence bio .

Une réglementation spécifique et des contrôles annuels

L’agriculture biologique est soumise à une réglementation européenne appliquée par tous les États membres. En complément de cette réglementation et en l’attente de règles de production harmonisées au niveau européen, certains produits et activités sont encadrés par des cahiers des charges nationaux.

Les opérateurs de la filière bio à tous les stades (production, transformation, stockage et distribution) sont contrôlés au moins une fois par an par des organismes certificateurs agréés par les pouvoirs publics français qui répondent à des critères d’indépendance et d’impartialité. Le numéro de code de cet organisme figure sur chaque produit, près du logo.

Consulter :

la liste des organismes de contrôle (OC) agréés .

la réglementation en vigueur

Le logo européen

Le logo européen, aussi appelé « Eurofeuille », permet aux consommateurs de repérer les produits qui respectent respect du règlement relatif à la production biologique de l’Union européenne. Ce logo est devenu obligatoire le 1er juillet 2010 sur les étiquetages des produits alimentaires préemballés dans l’Union européenne. Des logos nationaux et privés peuvent être utilisés en complément.

Un identifiant, la marque AB

La marque AB est propriété du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Utilisée à des fins de certification, elle permet, comme le logo bio européen, d’identifier des produits 100% bio ou contenant au moins 95% de produits agricoles bio dans le cas des produits transformés. Le logo AB peut être utilisé facultativement, en complément du logo européen. Les conditions d’usage de cette marque sont contrôlées par l’Agence bio , groupement d’intérêt public sous tutelle du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Les origines de l’agriculture biologique

L’agriculture biologique est née d’une réflexion conjointe d’agronomes, de médecins, d’agriculteurs et de consommateurs. Dans les années 1920, ceux-ci ont initié un mode alternatif de production agricole privilégiant le travail du sol, l’autonomie et le respect des équilibres naturels. En 1981, les pouvoirs publics français ont officiellement reconnu l’agriculture biologique. Une Commission nationale en charge de l’organisation et du développement de l’agriculture biologique a alors été créée. En 1991, un règlement communautaire a repris les principes édictés en France pour les appliquer aux productions végétales, puis aux productions animales en 2000.