Campagne nationale de prévention et de sensibilisation contre les feux de forêt et de végétation

mercredi 2 juin 2021
par  stephanie.gauthier
popularité : 25%

forêt campagne prévention changement climatique <https://agriculture.gouv.fr/sites/m...>

En 2019, 15 000 hectares de végétation ont brûlé en France, soit l’équivalent de 21 000 terrains de football. Adopter les bons comportements pourrait permettre d’éviter des catastrophes naturelles et humaines. Pour la 4e année consécutive, le ministère de la Transition écologique, en lien avec le ministère de l’Intérieur et le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, diffuse à partir du 1er juin 2021 une campagne nationale de sensibilisation et de prévention des risques de feux de forêt et de végétation .

L’ensemble du territoire métropolitain est concerné par cette campagne, dont l’objectif est la diffusion des comportements à adopter, tant pour veiller à ne pas être la cause d’un départ de feu que pour s’en protéger. Celle-ci porte à la fois sur les feux de forêt, mais également sur tous les autres feux de végétation (friches, bords de voies routières et ferrées, champs, landes, fougères…).

Un mégot de cigarette jeté, un barbecue, des combustibles stockés trop près des habitations, des outils sources d’étincelles manipulés près d’espaces naturels : ces gestes en apparence anodins peuvent provoquer des départs de feux de végétation, en forêt ou près de zones naturelles. Neuf feux de forêt sur dix sont d’origine humaine et un sur deux est la conséquence d’une imprudence.

Toutes les régions de France sont concernées par le risque de feux de forêt et de végétation. En effet, si la moitié sud du pays est la plus touchée, le changement climatique pourrait accroître le risque de feux dans de nouvelles zones comme le nord-ouest de la France.

Les effets du changement climatique

Avec les effets du changement climatique, de nouvelles zones seront exposées au risque d’incendie, notamment dans le nord-ouest de la France (Pays de la Loire, Centre-Val de Loire et Bretagne). Ainsi, 50% des forêts métropolitaines seront soumises au risque incendie élevé dès 2050. Dans les zones déjà touchées telles que la Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Occitanie, la Corse et la Nouvelle-Aquitaine, le risque d’incendie pourrait s’intensifier et s’étendre à la moyenne montagne, dès le printemps, à cause de l’amenuisement du couvert neigeux.

Il est également probable que la saison des feux de forêt s’allonge dans l’année, passant de 3 mois actuellement à 6 mois dans un avenir proche. Elle pourrait ainsi débuter dès les premiers jours du printemps et se prolonger en automne, à la faveur d’épisodes de canicule tardifs. Enfin, les feux pourraient être plus intenses et plus rapides compte tenu des sécheresses accrues et de l’intensification des canicules en durée et en température. L’augmentation du nombre de grands feux pourrait entraîner de fortes régressions des peuplements forestiers dans les régions les plus exposées.

Feux : les prévenir et s’en protéger

Pour se protéger des incendies et préserver la végétation, adoptons les bons comportements : Ni feu, ni barbecue aux abords des forêts et des espaces végétalisés (landes, maquis, bords de route, champs...). Je respecte les interdictions d’accès aux massifs forestiers ; Pas de cigarette en forêt ou en pleine nature en période de sécheresse, ni de mégot jeté au sol ou par la fenêtre de la voiture. Pas de travaux sources d’étincelles en cas de sécheresse, de canicule ou de vent fort, à proximité de végétaux. Pas de combustible contre la maison (fuel, bois, butane...) : ce sont des activateurs de feu. Témoin d’un départ de feu, je préviens le 18, le 112 ou le 114 (appel d’urgence pour les personnes sourdes et malentendantes) et j’essaie de localiser le feu avec précision. Je me mets à l’abri dans une habitation en attendant l’intervention des services de secours. Un véhicule n’est pas un endroit sûr car il peut facilmeent s’enflammer.