Aqualande : aquaculture durable et compétitivité

lundi 27 septembre 2021
par  nina.gatouillat
popularité : 31%

Aquaculture Transition agroécologique bien-être animal innovation environnement changement climatique gestion de l’eau gestion des risques <https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> Aqualande

Il y a tout juste 40 ans, la coopérative Aqualande était créée dans les Landes par des pisciculteurs. Le projet visait à redynamiser le tissu économique local grâce à une nouvelle activité : l’aquaculture, les conditions du terroir étant idéales de par la qualité et la quantité de l’eau présentes. Aujourd’hui, l’entreprise est le premier éleveur-transformateur de truites d’eau douce en Europe avec un développement axé sur le respect de l’environnement et de l’animal.

Truites, bars, daurades, crevettes… Au fil des années, le groupe a étoffé ses activités jusqu’à obtenir la maîtrise complète de la filière : reproduction-sélection génétique, élevage, transformation, puis commercialisation. Les 40 fermes aquacoles sont réparties sur plusieurs sites, dans le grand Sud-Ouest de la France et en Espagne. « Les élevages de truites se situent très près des sources car il faut un milieu naturel exceptionnel », explique Emmanuel Mazeiraud, directeur-adjoint en charge de la partie innovation. « Nous avons le devoir d’être irréprochables sur la qualité de l’eau que nous utilisons et restituons en intégralité dans le milieu naturel ».

Des pratiques structurées autour du respect de l’environnement

Dans les années 90, les pisciculteurs d’Aqualande sont parmi les premiers à adopter le label « Agri Confiance ». Dans les différents engagements figurent le respect de l’environnement via des analyses d’eau menées régulièrement sur les sites. « Depuis 20 ans, nous avons construit notre réflexion autour de la responsabilité sociétale », précise Emmanuel Mazeiraud. « Nous développons une aquaculture durable en respect des Hommes, de l’environnement et des poissons ».

Dès 2011, le groupe poursuit sa progression en matière de pratiques durables et reçoit le référentiel ISO 26000 décerné par l’organisme Afnor . Il comporte notamment un volet en matière de gestion de l’eau et une dimension responsabilité sociale. « Nous sommes une entreprise proactive sur ce secteur. »

Des innovations majeures<https://agriculture.gouv.fr/sites/m...>

Comment maintenir une eau de qualité ? Les piscicultures du groupe Aqualande réalisent de nombreuses analyses pour garantir la qualité de l’eau en amont comme en aval des fermes afin d’assurer la qualité des écosystèmes. Sur l’écloserie de daurades située sur l’île d’Oléron (Charente-Maritime), l’entreprise a par exemple développé un dispositif naturel appelé bioremédiation. «  Nous utilisons les nutriments présents dans les rejets de nos piscicultures pour cultiver des ulves, des algues communément appelées « laitues de mer ». Ces algues sont ensuite valorisées sous diverses formes : consommation humaine, cosmétiques… ».

Ce procédé est en cours de déploiement sur d’autres piscicultures, notamment avec un programme de recherche et développement en eau douce à partir d’une plante aquatique, la callitriche.

Dans cette optique d’aquaculture toujours plus durable, Aqualande repense les conditions d’élevage. « Une truite est élevée en moyenne pendant deux ans. Nous sélectionnons des lignées de truites afin d’avoir des animaux les mieux adaptés à nos rivières, résistants aux maladies, ce qui nous permet de tendre vers l’objectif zéro antibiotiques. Un poisson en forme se comportera bien et aura moins d’impact sur l’environnement ».

Les pisciculteurs, premiers garants de la qualité de l’eau

Les pisciculteurs veillent au quotidien à la qualité de l’eau et de l’environnement, que ce soit en amont (lorsque l’eau entre dans les bassins : il faut assurer la protection des poissons et l’état sanitaire) ou en aval (lorsque l’eau utilisée repart vers les rivières). De nombreux autocontrôles sont réalisés sur les sites d’Aqualande. « Il est primordial que nos poissons vivent dans une eau propre, assez oxygénée, et à bonne température. Les pisciculteurs voient chaque jour les évolutions de la nature, en lien avec les conditions météorologiques : ils sont les sentinelles des rivières. On vérifie les taux d’oxygène, les températures et on veille à respecter le bien-être de nos truites. »

Anticiper les aléas climatiques

Entre les inondations (comme celles de mai 2020) et le manque d’eau en été, l’entreprise doit s’adapter afin d’anticiper au mieux et protéger ses poissons. « Grâce à une parfaite connaissance de nos sites, nous avons développé différents systèmes qui permettent de sécuriser nos sites : rehausse des murs de nos bassins, recirculation, gestion des débits. Cela permet de maintenir notre cheptel à l’abri des intempéries, le temps que la situation se rétablisse. L’eau des bassins peut circuler temporairement en vase clos, nous la réoxygénons. Étant donné l’intensité des dernières inondations, nous réalisons des investissements pour isoler totalement nos sites. Ce système pourra également être utilisé en période estivale pour être économe en eau et préserver la continuité écologique des rivières. »

Plus d’informations sur Aqualande .

Crédit photo : Aqualande.

Aqualande en quelques chiffres clés plus de 1 000 salariés ; 1er producteur de truites fumées avec 5 000 tonnes par an ; 48 piscicultures en truites et poissons marins ; 100 millions d’alevins de bar, daurade et maigres naissent dans les écloseries ; chiffre d’affaires : 147 millions d’euros en 2020.