Anses : surveillance et suivi des ventes d’antibiotiques

vendredi 12 novembre 2021
par  Anonyme
popularité : 21%

antibiorésistance écoantibio <https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr L’Anses est en charge de la surveillance des résistances aux antibiotiques chez les bactéries des animaux. En fournissant des données sur les tendances et les émergences de résistance chez les bactéries présentes chez l’animal, la surveillance constitue un outil d’aide à la décision dans l’acte de prescription responsable par les vétérinaires ainsi qu’un outil d’information pour les gestionnaires. Elle permet en effet d’observer l’impact de la réduction de l’exposition des animaux aux antibiotiques sur l’évolution de l’antibiorésistance.

L’Agence Nationale du Médicament Vétérinaire ANMV-Anses a initié un suivi des ventes de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques dès 1999. Ce suivi est réalisé en collaboration avec le Syndicat de l’Industrie du Médicament Vétérinaire et réactif (SIMV). Il est basé sur une déclaration annuelle des ventes d’antibiotiques par les laboratoires qui les commercialisent. Les laboratoires fournissent également une estimation de la répartition des médicaments par espèce de destination. Les informations recueillies auprès des laboratoires couvrent 100% des médicaments autorisés.

Accéder aux rapports annuels de l’ANMV-Anses sur le suivi des ventes en France de médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques.

Chiffres clés du rapport 2020 : baisse de l’exposition moyenne des animaux de 45,3%, toutes filières confondues, depuis 2011 : Animaux de compagnie (chiens, chats) : - 13,9% Bovins : - 25,5% Porcins : - 54 % Volailles : - 60,5% Lapins : - 41,4%

Ce travail repose sur les activités de trois réseaux, coordonnés par quatre laboratoires de l’Agence. Le Résapath (Réseau de surveillance de l’antibiorésistance des bactéries pathogènes) est coordonné par les laboratoires de Lyon et de Ploufragan- Plouzané-Niort. Il collecte depuis 1982 les données sur la résistance aux antibiotiques chez des bactéries isolées d’animaux malades dans le cadre du diagnostic vétérinaire par des laboratoires départementaux d’analyses vétérinaires publics ou privés français. Consulter le bilan annuel du Résapath . Le réseau "Salmonella" recueille des souches de salmonelles d’origine non humaine (isolées de l’alimentation, de l’environnement ou de production animale), envoyées pour sérotypage, pour les soumettre à un antibiogramme. Il est coordonné par le Laboratoire de sécurité des aliments de Maisons-Alfort. Les plans de surveillance annuels mis en place par la Direction générale de l’alimentation, en collaboration avec le Laboratoire National de Référence Résistance antimicrobienne, permettent la récolte, à l’abattoir, des fèces ou caeca d’animaux sains, mais également dans la viande au stade de la distribution. De ces échantillons sont isolées des souches de bactéries sentinelles (E. coli indicatrices et E. coli BLSE) ou responsables de zoonoses (Campylobacter sp, et quelques isolats de salmonelles) dans les trois filières bovine, porcine et aviaire.

Le suivi de l’utilisation des antibiotiques et de l’antibiorésistance font partie des piliers de la lutte contre l’antibiorésistance.