Agroforesterie : le projet Terraf dans le Grand Est

mardi 8 mars 2022
par  nina.gatouillat
popularité : 40%

agroforesterie Grand Est biodiversité INRAE <https://agriculture.gouv.fr/sites/m...> Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Des Hommes et des arbres est un projet lauréat du programme Territoires d’Avenir 2019 , porté par la Métropole du Grand Nancy , dans la région Grand Est. L’une des actions, Terraf, est portée par INRAE et la Chambre régionale d’agriculture du Grand Est . Elle vise à favoriser la réhabilitation de l’arbre champêtre dans les zones de polyculture-élevage du sud lorrain en impliquant différents acteurs du territoire : agriculteurs, conseillers agricoles, élus locaux, acteurs économiques, associations environnementalistes, enseignants, citoyens...

En 2018, des professionnels impliqués dans l’agroforesterie se sont réunis afin d’aborder la question de la présence de l’arbre en milieu agricole et rural. C’est ainsi que le projet Terraf a été initié dans des communes de Meurthe-et-Moselle et des Vosges. Cet outil d’accompagnement et d’animation de projets de territoire, expérimenté sur des territoires pilotes, est appelé à être diffusé largement.

Identifier les freins pour un agriculteur

« L’agriculteur ne devrait pas être le seul gestionnaire de la plantation et de l’entretien des arbres. Associations, communes et organismes privés devraient pouvoir se mobiliser à ses côtés afin de mettre en place un système pérenne », explique Catherine Jondreville, porteuse du projet Terraf. En effet, l’agroforesterie suscite certaines réticences car sa mise en œuvre ainsi que l’entretien des arbres peuvent être lourds pour l’exploitant et nécessitent parfois une réorganisation de son exploitation.

L’arbre a de nombreuses vertus agroécologiques : il freine l’érosion des sols, protège les eaux, capte le carbone, favorise la biodiversité dans son ensemble, apporte de l’ombre aux animaux des élevages et peut constituer un fourrage d’appoint... Ces vertus sont bénéfiques à l’ensemble de la société. Le projet Terraf accompagne les agriculteurs pour leur permettre de se projeter dans le temps. C’est par les interactions avec les acteurs du territoire mais aussi par le biais d’un accompagnement de qualité que l’arbre champêtre retrouvera sa place dans les exploitations. Cela passe par la définition d’objectifs clairs en termes de services et de productions liés à l’arbre.

« Notre projet est en continuité avec d’autres initiatives préalablement mises en œuvre par des chambres d’agriculture, des associations ou des consultants privés qui sont d’ailleurs impliqués au sein de Terraf, ce qui favorise la co-conception et l’expérimentation », affirme Catherine Jondreville.

La co-conception de territoires agroforestiers

« Nous avons commencé par faire un état des lieux des freins et des attentes des différents acteurs vis-à-vis des arbres champêtres. Ces rencontres ont mis en lumière la grande connaissance qu’ont les agriculteurs et les autres acteurs des fonctions des arbres », explique Catherine Jondreville.

« Grâce aux élus communaux et aux conseillers des chambres d’agriculture, nous avons rencontré une dizaine d’agriculteurs sur leur exploitation. Ces rencontres nous ont permis d’identifier ce qui les freine, et quels seraient les leviers pour les amener à redévelopper l’arbre sur leur exploitation », ajoute-t-elle.

Dans un deuxième temps, trois demi-journées de découvertes et d’échanges sur le terrain ont été organisées pour permettre aux agriculteurs d’échanger entre eux et avec les autres acteurs du projet. Ce type de rencontres est très bénéfique pour impliquer tous les acteurs et pour dégager des pistes d’action. À la fin du projet, un atelier de concertation sera organisé afin de permettre aux acteurs de définir des scénarios dans lesquels l’arbre champêtre sera réhabilité dans leur territoire.

Zoom sur l’agroforesterie

L’agroforesterie se définit comme l’association d’arbres et de cultures ou d’animaux d’élevage dans un même système de production agricole. Les arbres, d’essences forestières ou fruitières, peuvent se trouver au sein même d’une parcelle agricole (agroforesterie intraparcellaire) ou en périphérie (ex : haies bocagères). L’agroforesterie est donc plurielle : c’est une infinité de systèmes agroforestiers, dans lesquels toutes les associations arbres et cultures ou pâtures sont imaginables.

En 2015, le ministère chargé de l’Agriculture a publié son premier plan de développement de l’agroforesterie , pour le développement et la gestion durable de tous les systèmes agroforestiers. Terminé fin 2020, la suite de ce plan est en cours de rédaction pour 2022.