Défoliateurs de feuillus, le bilan de l’activité 2021

jeudi 25 août 2022
par  Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire
popularité : 22%

L’année 2021 a été une année exceptionnelle par l’étendue des défoliations observées.

Dans certaines régions, en particulier de la moitié nord de la France, les défoliateurs ont pris le relais de plusieurs années à fort stress hydrique, forçant les chênes à puiser dans leurs faibles réserves.

L’année a été favorable à de nombreuses espèces de chenilles défoliatrices des chênes et en particulier à la chenille processionnaire des chênes et les géométrides. Dans le nord-ouest, de nombreuses espèces de geometridae et tortricidae ont été observées. Dans le nord-est, la processionnaire du chêne est la principale responsable des défoliations, elle prend également de l’importance dans le Centre-Nord semi-océanique depuis 2021. Initialement plutôt active dans le quart nord-est, on la retrouve maintenant fortement signalée dans un large périmètre autour de l’Île-de-France ainsi qu’au nord de la Bourgogne-Franche-Comté.

La punaise réticulée du chêne, signalée pour la première fois sur le territoire métropolitain en 2017 à Toulouse, s’est étendue dans le Sud-Ouest. D’abord observée dans les parcs et jardins, elle est, depuis 2020, présente en Forêt dans les Pyrénées Atlantiques. Son impact en forêt est encore méconnu mais se rajoute aux problèmes impactant les chênes, en particulier les successions de sécheresses de ces dernières années.