Résultats prometteurs pour le tri des pièces en ligne par scanner à induction magnétique

vendredi 1er mars 2019
par  Claire BENES
popularité : 41%

<https://www.ifip.asso.fr/sites/defa...>

L’IFIP a testé un scanner à induction magnétique pour mesurer la composition de poitrines et de jambons de porc. Les résultats obtenus confirment le potentiel de cette technologie innovante pour le tri automatique des pièces de découpe.

Le secteur de la découpe est intéressé par des appareils pouvant prédire la composition des pièces de découpe en ligne. Ce tri des pièces, essentiellement manuel, est basé sur une appréciation de l’état d’engraissement sur la coupe. Celle-ci ne reflète qu’imparfaitement la composition des pièces.

L’entreprise espagnole Lenz a développé un scanner à induction magnétique, qui génère un courant électrique, exploitant les propriétés diélectriques propres à chaque tissu. Le « Ham-inspector » permet ainsi de prédire les poids de muscle et de gras, ainsi que les pourcentages de muscle et de gras. Il peut supporter en ligne une cadence de l’ordre de 1000 à 1200 pièces par heure.

Dans le cadre du projet CASDAR « HYPER-SCAN » (2017-2020) visant à développer des technologies innovantes de tri des pièces de découpe, l’IFIP a testé cet appareil en 2018. Deux échantillons ont été mesurés : l’un de 80 poitrines, à raison de 20 par classe, et l’autre de 100 jambons. Ils ont ensuite été scannés avec le tomographe à rayons X de l’IFIP, ce dernier servant de référence pour la composition en gras et en muscle.

La proportion de poitrines bien classées a été globalement de 88%. Les classes maigres (E et n°1) étaient les mieux estimées, avec un taux de 95%. Les classes n°2 et n°3 ont été bien estimées, respectivement à 75% et 85%.

Les meilleurs résultats ont été obtenus pour les poids de tissus, avec un R2 de 0,94 pour le gras de la poitrine et le muscle du jambon. Concernant la teneur en muscle, le R2 était de 0,80 pour les poitrines et 0,65 pour les jambons.

Ces résultats sont d’autant plus prometteurs que la précision a pu être pénalisée par les conditions de mesure, qui n’ont pu être optimales. En effet, le stockage en box des pièces a pu affecter la densité des pièces du fond.

Contact : gerard.daumas@ifip.asso.fr Pour en savoir plus : Estimer la composition des poitrines et des jambons par scanner à induction magnétique, Journées de la recherche porcine 2019, pages 339-344 https%3A%2F%2Fwww.ifip.asso.fr%2Ffr... < ![CDATA[//>< !]]>