Davantage de cœurs disponibles pour les greffes

jeudi 2 avril 2015
par  admin
popularité : 30%

<https://www.recherche-animale.org/s...>

La greffe d’un cœur « arrêté »

Jusqu’à présent et à l’exception des premières greffes réalisées dans les années 1960, seuls les cœurs n’ayant pas cessé de battre sont utilisés pour les greffes. Même si la greffe de rein ou de foie prélevés sur des personnes dont le cœur a cessé de battre est autorisée en France depuis 2006, ce n’est pas le cas pour le cœur qui est un organe qui supporte mal d’être privé de flux sanguin et d’oxygène. La conséquence est un nombre plus faible d’organes disponibles pour la greffe.

Des équipes de chirurgiens, de chercheurs et d’ingénieurs tentent depuis des années de résoudre ce problème. Des expériences menées sur des animaux (le plus souvent des porcs) ont permis de progresser et de mettre au point les techniques et les équipements.

C’est ainsi que depuis quelques mois des équipes de chirurgiens en Australie et au Royaume-Uni ont commencé à transplanter des cœurs qui avaient cessé de battre. Les équipes utilisent un équipement et une technique développés par la société Transmedics . L’intervention commence par une course contre la montre car les essais réalisés sur les animaux ont montré qu’on dispose de moins de 30 minutes pour relancer le cœur.

Davantage de cœurs disponibles pour les greffes

Environ 400 greffes cardiaques sont réalisées chaque année en France, quantité limitée par le nombre de greffons disponibles. Grâce à cette nouvelle technique plus de greffes pourront être réalisées et davantage de personnes pourront être sauvées.

Ces travaux qui arrivent plus de 50 ans après ceux de Norman Shumway qui effectua les essais pionniers de greffes de cœur chez le chien sont un rappel important que la recherche animale reste cruciale pour le progrès de la médecine. Recherche animale Santé Find us on Twitter