Syngenta tente de passer du rat à l’intelligence artificielle